La roche empoisonnée – Loïc Léry – Caraïbeditions – 2017

Quatrième de couverture

… Mais ce soir là, il leur était difficile de garder cette apparence car la situation était crue. Tout le monde était dans le même paquet: en manque. Donc, il n’y avait pas de nègre, pas de mulâtre, pas de béké et encore moins de zoreilles. Il n’y avait pas de classe, pas de comparaisonnerie (fierté), pas de chronologie. Mais, tristement des hommes angoissés. Des hommes capables de se foutre nus, vendre leurs habits, vendre la bagnole qu’ils avaient sous le cul, vendre leur femme, leur mère… se vendre eux-mêmes. L’angoisse…