DISCOURS D’ADIEU DE GBEHANZIN (1844 – 1906)

220px-behanzin-1895Compagnons d’infortune, derniers amis fidèles, vous savez dans quelles circonstances, lorsque les français voulurent accaparer la terre de nos aïeux, nous avions décidé de lutter. Nous avions, alors, la certitude de conduire notre armée à la victoire.

Quand nos guerriers s’élevèrent par milliers pour défendre le DANHOME et son roi, j’ai reconnu avec fierté la mêmeamazonedahomey bravoure que manifestaient ceux de AGADJA, de TEGBESSOU, de GUEZO et de GLELE.

Dans toutes les batailles, j’étais à leur côté. Malgré la justesse de notre cause, nos troupes compactes furent décimées en un instant. Elles n’ont pu défaire les ennemis blancs dont nous louons aussi le courage et la discipline; et déjà ma voix éplorée archives-4n’éveille plus d’écho.

Où sont, maintenant, les ardentes amazones qu’enflammait une sainte colère? Où est leur chefamaz_dahomey_6_1 indomptable GOUDEME YEWE KETOUGAN? Où est leur robuste capitaine GODEGBE CHACHABLOUKOU GODJILA? Qui chantera leur splendide sacrifice, qui dira leur générosité puisqu’ils ont scellé de leur sang le pacte de la suprême fidélité?

Comment accepterai – je sans eux une quelconque abdication? Comment oserai – je me présenter devant vous, braves guerriers, si je signais le papier du général?

Non! A mon destin, je ne tournerai plus le dos. Je ferai face et je marcherai car la plus belle victoire ne se remporte pas sur une armée ennemie ou des adversaires condamnés au silence du cachot.
Est vraiment victorieux l’homme resté seul et qui continue de lutter dans son cœur…