Ô Toi qui passe!!

L’aube de la vie est un moment important pour tout être. Découvrir une famille, une fratrie est laborieuse et épique pour toute âme. Alors, que dire du crépuscule d’une vie ! Quand assis à l’ombres d’un arbre ou sur une chaise enchâssée sur un balcon, étendu dans un lit abhorré, les pensées s’envolent et retracent une vie, riche en rencontres et pauvre en émotions. Une vie pauvre en relation fraternelle. Toujours le dernier sur ce coup-là. Aider quelqu’un dans le besoin est une seconde nature. Par contre, quelle épaule pour vous en cas de besoin. Juste une absence. Une transparence qui s’est installée au fil du temps. Une indifférence dévastatrice. Ignorée. Des réflexions à la troisième personne fustigeant l’absent, en sa présence

Alors regarder un destin sans fards. Poser des questions aux sourds. Des blessures salies. Ah les mots, si libérateurs. Si assassins. Écrasant toute velléité d’explications, de paroles. Souffrance muette. Hurlements sourds. Douleurs insultées. Foulées au pied. Demande ignorée. Ridiculisée. Écrasée de mépris… Et le doigt accusateur !! Ce doigt qui pointe cette inexistence vivante. Ce rebut de la nature qui n’a pas de nom. Pas de visage. Pas d’âme. Pas d’existence….

Des cris dans le désert. Face à une foule qui se meut annihilant les cris sous le sable du désert humain. Ces cris… Ces hurlements. Ces sanglots. Ces douleurs. Si présents. Si bruyants. Si étouffés dans ce monde annihilateur, juge de tous gestes. Sans velléité de compréhension.

Douleurs des gestes hachés. Douleur de l’âme fragmenté. Douleur de l’humain face au désert de l’indifférence. Ô toi qui passe ! Juste pour un temps. Pour une seconde. Pour un temps de ton temps. Arrête-toi. Écoute. Écoute…. Ce n’est pas le vent. Non, c’est un humain. Juste là. Devant toi. Décille tes yeux et regarde. Regarde cette forme qui s’éveille et s’éclot sous ton regard. Insuffle la vie à la transparence. A l’humain annihilé par le mépris. Par le silence. Par l’indifférence.

Ô toi qui passe. Assainis ton cœur et comprend. Comprend la mort lente du non-regard. Comprend les jours orphelins de regards. De paroles. De prise de conscience. Comprend… Comprend ce lien rompu par le temps, l’indifférence, l’insulte, les préjugés. Écoute…. Écoute. Ce mal qui ronge. Ce mal qui tue à petit feu. Ce mal qui dissipe la présence et embrasse l’oubli. Ce mal qui assèche tout sentiment d’empathie. Ce mal qui tue. Rongera t-il tout sur son passage ? Même la transparence ? Même l’empathie ?

Ô toi qui écoute. Entends-tu ce cri dans le désert ? Ce cri d’un humain envahi par la transparence et l’indifférence ? Ce cri qui hurle la vie ? Hurlements muets. Hurlements d’outre-tombe. Écoute la mort qui passe et annihile ce cri. Ce cri de vie. Une vie oubliée. Écrasée par la douleur. Écrasée par l’indifférence. Ô toi qui écoute ! Où es-tu ? Ne passe pas sans regarder. Ne pars pas sans regarder. Avec ton âme. Avec tes tripes. Et tu verras….

Tu verras la vie. Tu verras la force de la vie. Tu verras la résilience. Tu verras un humain à genoux. Tu verras ses larmes perlant à travers des sanglots enragés par l’indifférence. Des sanglots laissant suinter des larmes de sang d’une fin de vie. Des larmes qui annoncent l’outre-tombe. Des larmes….

Et puis, tu verras à travers la transparence la douleur de l’absent présent. L’absent indifférent. L’absent assassin de l’existence d’une vie. L’absent tueur d’empathie. Ô toi qui passe, regarde. Regarde…. Emplis tes yeux de la non existence. Emplis tes yeux de la transparence de l’être. Ô toi qui écoute ! Écoute l’écho du silence de l’être inexistant. De l’être annihilé. De l’être qui est, sans être. Écoute ces sanglots qui se mêlent aux eaux éphémères des oueds asséchés par ce vent rageur. Écoute ces cris mortellement silencieux. Ces cris qui portent le deuil d’une vie qui fut et ne sera plus. Ô toi, ô humain n’assassine pas une fois de plus une présence transparente. Une présence qui indiffère. Pas de pitié. Juste de l’humanité. Un regard qui dit « je te vois ». Une écoute qui dit « je t’entends ». Une voix qui dit « Tu es. Tu existes ». Un regard qui ôte la transparence.

Ô toi qui passe, ne médis pas. Les vies, les destins sont si différents. Ô humain, comprend. Ne juge pas. L’incompréhension est parfois signe d’intelligence. Parfois empathie. Parfois amour. Tout simplement.

Ô transparence qui annihile tout. Sors de ce désert de la vie. Trouve un endroit qui te fera fleurir. Ne reste pas pour assécher un cœur et faire fleurir le désir de non existence. Ne fait pas fleurir toute envie de disparition. Tout désir d’aller vers cette terre légère aux bras maternels grands ouverts et si accueillants. Cette terre qui donnera vie à l’absence. A la mort en effaçant toute transparence et ne laissant que le souvenir de ce qui fut et ne sera plus.

Ô toi qui écoute. Parle aux humains. Dis-leur que la transparence blesse. Que la transparence annihile tout. Que la transparence tue et laisse parler la terre mère si accueillante. Un jour le souvenir viendra. Bien trop tard. La transparence aura pris le dessus, enveloppant l’être affaibli par des années d’indifférence. La transparence en fera offrande à la terre mère. Sans compassion. Juste pour effacer ce qui fut et jamais ne sera.

Amélie Diack Antony le 16/05/2019

Miki, l’aventurier pique-boeuf – Justine Dédé – 2019

LITTERATURE D'AILLEURS DE LEE HAM

Quatrième de couverture

Rêvant de bonheur, Miki, un bel oiseau, abandonne les siens et s’envole pour la grande ville. Mais celle-ci est inhospitalière, effrayante même. Miki y est malheureux, et décide alors de rentrer chez lui, auprès de sa famille et de ses amis, au cœur de sa terre natale.

Chronique

Qu’est-ce qu’on peut s’ennuyer quand on est un pique-boeuf ! Débarrasser les bœufs des insectes qui les dérange est si valorisant et si fatiguant. Alors, Miki décide de changer d’air et d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs. C’est possible. Elle parait plus verte. Mais, c’est si dur.

Miki l’aventurier pique-boeuf est un conte qui nous fait réfléchir sur la force de l’amitié. Sur le rapport à l’autre. Celui qu’on ne connait pas. Celui qui vient d’ailleurs et qui ne nous ressemble pas. C’est aussi une réflexion sur la volonté. Partir, c’est d’abord se préparer. C’est aussi savoir…

Voir l’article original 125 mots de plus

Discours de Gbêhin azi bô Ahidjlé Ahossou Gbowélé (Béhanzin) roi du Dahomey (1889 à 1894)

LITTERATURE D'AILLEURS DE LEE HAM

Discours d’un roi déchu (né vers 1845) avant son départ pour un long exil ou plutôt d’une longue errance. Il sera en résidence surveillée à Fort de France (Martinique)avant d’être assigné à résidence en Algérie jusqu’à sa mort en 1906. 

Compagnons d’infortune, derniers amis fidèles, vous savez dans quelles circonstances, lorsque les Français voulurent accaparer la terre de nos aïeux, nous avions décidé de lutter. Nous avions, alors, la certitude de conduire notre armée à la victoire.

Quand nos guerriers s’élevèrent par milliers pour défendre le Danhomey et son roi, j’ai reconnu avec fierté la même bravoure que manifestaient ceux de AGADJA, de TEGBESSOU, de GUEZO et de GLELE.

Dans toutes les batailles, j’étais à leurs côtés. Malgré la justesse de notre cause, nos troupes compactes furent décimées en un instant. Elles n’ont pu défaire les ennemis blancs dont nous louons aussi le courge et la discipline. Et déjà ma…

Voir l’article original 272 mots de plus

Entretien avec Kama Sywor Kamanda, dramaturge, écrivain, conteur et poète Congolais

LITTERATURE D'AILLEURS DE LEE HAM

Bonjour Kama Sywor Kamanda. Je suis Amélie Diack. Je vous remercie d’avoir accepté cet entretien. J’en suis honorée. À la question « qui êtes-vous », que avec Aimé Césairerépondrez-vous ?

 Kamanda – Je suis écrivain, poète, dramaturge et essayiste Congolais.
A.D. Pas seulement. Vous êtes conteur aussi

A.D. Vous parlez de vous en tant que Congolais d’origine Égyptienne. Je crois deviner pourquoi.41txBDCuDyL._SX195_ Cependant, je souhaite que vous nous en parliez

 Kamanda – Je suis né Congolais avec des grands parents Égyptiens déportés au Congo en tout début de l’occupation du pays par les Belges. Ils avaient le statut des colons indépendants de 280413_270482819760974_834406419_ol’administration coloniale Belge ! Mon père avait d’immenses plantations et faisait travailler des milliers de familles.

A.D. J’étais loin d’imaginer cela. Je pensais à Cheikh Anta Diop et de sa théorie sur l’origine négroïde des pharaons d’Égypte

A.D. Pouvez-vous nous parler de votre enfance, de vos études ?

Kamanda

Voir l’article original 798 mots de plus

Souffles – BIRAGO DIOP

LITTERATURE D'AILLEURS DE LEE HAM

Écoute plus souvent
Les Choses que les Êtres
La Voix du Feu s’entend,
Entends la Voix de l’Eau.
Écoute dans le Vent
Le Buisson en sanglots :
C’est le Souffle des ancêtres.

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans l’Ombre qui s’éclaire
Et dans l’ombre qui s’épaissit.
Les Morts ne sont pas sous la Terre :
Ils sont dans l’Arbre qui frémit,
Ils sont dans le Bois qui gémit,
Ils sont dans l’Eau qui coule,
Ils sont dans l’Eau qui dort,
Ils sont dans la Case, ils sont dans la Foule :
Les Morts ne sont pas morts.

Écoute plus souvent
Les Choses que les Êtres
La Voix du Feu s’entend,
Entends la Voix de l’Eau.
Écoute dans le Vent
Le Buisson en sanglots :
C’est le Souffle des Ancêtres morts,
Qui ne sont pas partis
Qui ne sont pas sous la Terre
Qui ne…

Voir l’article original 289 mots de plus

Entretien avec Théo Ananissoh, homme de Lettres Togolais – 1962

LITTERATURE D'AILLEURS DE LEE HAM

9782072733307_1_75Bonjour, Je m’appelle Amélie Diack. Je vous remercie d’avoir accepté cet interview. J’en suis honorée. Si je vous dis « qui êtes-vous ? », que répondez-vous ?
Théo Ananissoh, écrivain togolais.

A.D Où avez-vous fait vos études et quels sont les souvenirs que vous en gardez ?
Eh bien ! la maternelle et l’école primaire à Carnot et à Berberati (c’est en République centrafricaine où je suis né en 1962), le collège à Lomé au Togo, le lycée à Dapaong, également au Togo, et l’université à Lomé puis à Paris (La Sorbonne, Paris III).
Un bon souvenir de l’école primaire évangélique à Carnot : les pasteurs suisses qui nous éduquaient. Des femmes douces et patientes. Quelque chose s’est fixé en moi alors pour la vie.

A.D. Pouvez-nous parler de vos souvenirs d’enfance ?002496089
J’ai commencé. Enfance merveilleuse en Centrafrique dans les années 60 et 70. Du fait de la profession…

Voir l’article original 878 mots de plus