BERNARD DADIE ET SON AMI

LITTERATURE D'AILLEURS DE LEE HAM

Encore un écrivain qui a joué un rôle dans  ma vie, sans le savoir. J’adore cet écrivain car je le trouve complet (il excelle dans tous les genres littéraires). En plus, il est toujours resté logique dans ses pensées et ses actions (même après un séjour en prison). Enfin, son combat pour la Négritude et pour faire rayonner l’Afrique dans le Monde n’a pas pris une ride. Il mérite le respect. Un grand respect. Alors, c’est la raison pour laquelle son nom a été prononcé dans une chambre d’hôpital. Attendez, je vais vous raconter.

Durant ma période aide-soignante, j’ai rencontré de nombreuses personnes. Au bout de dix-sept ans, j’étais blasée. Plus rien ne m’étonnait. Jusqu’à ce fameux jour…

Je travaillais dans un service de fin de vie à cette époque dans une grande clinique huppée parisienne. Comme d’habitude, je faisais mon tour habituel pour aider mes patients ou leur faire…

Voir l’article original 353 mots de plus

NAGUIB MAHFOUZ DANS LE TRAIN

LITTERATURE D'AILLEURS DE LEE HAM

Quel rapport entre ces deux là? pensez vous.  Nooon, je ne l’ai pas vu dans le train. A ma connaissance, il ne l’a jamais pris. Pas à Paris. A mon avis, si c’était le cas, j’aurai provoqué un incident diplomatique franco-sénégalo-martinico-égyptien. C’est vous dire l’ampleur de mon statut de fan pour cet écrivain. Je vous décris la scène, Naguib Mahfouz essayant de semer une fan échevelée et presque aphone tellement elle hurle son nom « Naguiiiiiiibbbb« !!! Tout ça pour lui dire d’une voix aphone combien elle adooore ses livres. Tout ça dans un anglais rendu approximatif par l’émotion et s’évanouir à ses pieds. Comme une diva, bien sûr.

Ce n’est pas non plus le titre d’un roman. Quoique. Là, je rêve. J’aurai pu gagner le Pulitzer du meilleur écrivain inventeur de scènes psychédéliques. Pas de problème, je prends, du moment que c’est un Pulitzer. Même s’il est en papier mâché…

Voir l’article original 753 mots de plus

Le silence des collines – Béatrice Uwambaje – 2019

LITTERATURE D'AILLEURS DE LEE HAM

Quatrième de couverture

Une Rwandaise témoin du génocide revient, 23 ans après, sur les lieux du drame. Entourée de son fils survivant et de ses deux enfants métis, elle tente de rétablir la relation avec ceux qui sont désormais les acteurs d’une société transformée. Le personnage-narrateur, un double qui regarde l’auteur, observe, se souvient, scrute, analyse. A la fois intime et pudique, soon récit oscille entre évocation, litanie, métaphore passé, présent. Un témoignage sensible et puissant  sur ce que peut la littérature après l’irréparable.

Chronique

Nous avons tous entendu parler du génocide qui s’est déroulé au Rwanda. Certains y ont assisté, impuissants devant leur téléviseur. Mutesi en a été victime. Elle y a perdu toute sa famille. Elle y a survécu. Mais, à quel prix! Aujourd’hui, les collines sont silencieuses. Ce qui n’a pas toujours été le cas. On dit souvent que l’assassin revient sur le lieu de son crime…

Voir l’article original 325 mots de plus

Les animaux dans Shouna la genèse maudite

Featured Image -- 1097Ainsi que cela se passe dans tout récit africain traditionnel, les animaux tiennent une place importante. Aussi, dans Shouna la genèse maudite, chacun a un rôle qui lui est attibué en fonction de sa personnalité. Par exemple Sékou le Perroquet est messager car il vole et est bavard. C’est un rôle qui lui sied à merveille. Quand à Sindakh le lézard, il estparrot-1417286__340 peureux. Il s’enfuit au moindre bruit. Il est de nature inquiète. Il sert son roi avec rigueur car il a peur de ce qui peut lui arriver en cas de désobéissance. Il vit dans une anxiété permanente. Comme il secoue sa tête de haut en bas  et qu’il ouvre et ferme sa bouche en même temps, il raconte tout ce qu’il sait. Aussi, il ne peut garder aucun secret.

lizard-4217059__340Dans selon la mythologie  africaine (n’oublions pas que la première religion en Afrique fut l’animisme) chaque animal sur terre a été un  humain qui a été déchu de ce statut suite à une punition divine. Cependant, après cette déchéance, ils ont continué à vivre au contact des humains avec qui ils ont convenu d’une protection mutuelle. Un jour, les humains n’ont pas tenu parole. Les animaux ont donc décidé de s’éloigner de ces derniers. Pris de remords, les hommes promirent que chaque clan s’engage à ne pas consommer la chair d’un animal. C’est ainsi que sont nés les totems.botswana-2219374__340

Les chasseurs, maîtres du monde de l’invisible font des sacrifices à l’esprit de la forêt pour qu’il accepte de lui offrir un des siens. Chaque animal tué est remercié d’avoir accepté de se sacrifier. Sa dépouille est traitée avec respect et le chasseur ne prendra que ce qui est nécessaire à la survie de son village. Rien de plus. Selon la mythologie africaine, chaque partie de la nature appartient à une déesse ou à un dieu qui veille sur son aqua-4018983__340bien-être.

Mamie Wata est connue sur une grande partie de l’Afrique subsaharienne. Son nom peut varier selon la région, mais en Afrique de l’ouest, elle est Mamie Wata. Elle est connue pour son intransigeance. Si un sacrifice n’est pas accompli en son honneur, elle prendra tout simplement son dû (noyades). Elle accepte tout ce qui est blanc (lait, cola…) et ne rend un noyé qu’après avoir été honorée. Elle est d’une grande beauté et rend folle toute personne qui posera son regard sur elle. Shouna la genèse maudite fait beaucoup référence à cette mythologie animiste.

A bientôt pour les légendes de chaque animal et pour la suite.