Shouna la genèse maudite – Amélie Diack – 2018

LITTERATURE D'AILLEURS DE LEE HAM

Quatrième de couverture

Ce roman a été écrit dans la pure tradition Africaine. Celle de l’oralité. Celle de l’image du quotidien. Donc, il est écrit sous forme de récit. Développé comme un conte. L’imaginaire le dispute à la réalité, à la mythologie Africaine. Comme toute tradition de l’oralité, ce récit est rythmé par des chants. Les animaux font partie des personnages principaux. Ils portent des noms et parlent. En effet, dans la tradition Africaine, il fut un temps où les hommes et les animaux se côtoyaient et avaient passé des pactes, encore respectés de nos jours dans certaines cultures. Mamie Wata est une déesse commune à la plupart des pays de l’Afrique occidentale.

Shouna, comme beaucoup de héros africains, est né de manière atypique. Il n’est pas vraiment beau. Mais, qu’est-ce que la beauté ? Il a une mission à accomplir en ce bas monde. Ce qu’il ignore. Il règne…

Voir l’article original 357 mots de plus

Catégories :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s