La polyandre (1998) de Bolya

LITTERATURE D'AILLEURS DE LEE HAM

En lisant ce livre, on comprend mieux la valeur des romans policiers Africains. Chaque écrivain y va de sa plume plus ou moins corrosive, humoristique… Pour son intrusion dans le monde du polar, Bolya a frappé un grand coup.

Je vous avoue que j’ai acheté ce livre en pensant « un policier comme les autres ». Eh bienbolya non! Il est vrai qu’il y a des cadavres, un inspecteur complètement blasé qui mène ses enquêtes à l’ancienne. Il est sur le terrain. Jusque là, tout va bien. C’est beaucoup plus compliqué, en réalité. Les meurtres sont perpétrés dans la diaspora camerounaise. Le silence et la méfiance sont rois. Rien vu, rien entendu. Avec l’inspecteur Robert Nègre, on se retrouve propulsé dans le rôle de témoin, de bras droit, le tout dans un monde de coutumes et de traditions atypiques

Bolya a une écriture très légère, presque poétique. Je sais, vous allez me dire…

Voir l’article original 127 mots de plus

Catégories :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s