Regrets – Léopold Sédar SENGHOR

« A la mémoire de Soukeïna »

La gracilité de la gazelle
S’est fondue au crépuscule mourant
Dans la vallée.

L’éclair d’un trait d’ambre
Immuable en mon cœur s’est fixé,
En mon cœur saignant d’un regret inapaisé.

Car le parfum de mon songe inouï,
Splendeur du ciel tropical,
M’a trop bien ébloui pour les temps à venir.

Amie, quelles peines as-tu éteintes ainsi ?
Dis-moi, quels incendies au feu dévorant
As-tu donc plongés au fleuve froid
D’amertume ?
Pour toi j’eusse donné tant,
Pour toi plus belle que le crépuscule

Catégories :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s