Le pic du diable – Deon Meyer – 2007

Quatrième de couverture

Pour Thobela, ex-agent du KGB, tuer a longtemps été une seconde nature. Jusqu’au jour où il décide de raccrocher pour s’occuper de son fils adoptif Pakanile. Tout bascule quand des brigands abattent Pakanile. Thobela, armé d’une sagaie, mène une croisade contre les bourreaux d’enfants qui sévissent en toute impunité en Afrique du Sud. L’inspecteur Griessel pourra-t-il arrêter ce carnage ?

Chronique

Comme d’habitude, je vais vous expliquer mon choix. Même si je suis une fan et que j’ai lu tous les romans de Deon Meyer (tous ceux qui ont été traduits en Français), le pic du diable est le premier roman que j’ai lu. On n’oublie jamais les premières fois, vous le savez tous… Je l’ai lu d’un traite et depuis, je suis une fan accro aux romans de cet auteur. Eh oui, je me vois bien aux lecteurs anonymes et déclamer «Je m’appelle Lee Ham et je suis accro aux romans de Deon Meyer« . L’histoire parait simple. Je dis bien «parait» car elle est plus compliquée que l’on pense. Trois personnes, brisées par la vie vont mettre toutes leurs forces dans la recherche et la protection d’enfants.

Thobela, un ancien agent secret formé pour tuer sans état d’âme recherche le kidnappeur de son fils adoptif. Il traquera ses ennemis. Méthodiquement. Froidement. Griessel, inspecteur alcoolique, recherche le tueur de pédophiles relâchés par la justice. ces deux hommes, fins limiers, avec des modes opératoires différents œuvrent pour la même cause: attraper les assassins d’enfants. Une prostituée sera de la partie. La rencontre de ces trois personnes blessées par la vie donne droit à une chasse à l’homme dans une Afrique du sud à peine délivrée de l’apartheid.

J’ai adoré. pourquoi? Tout simplement parce que ces trois personnes sont attachantes. Elles sont rudes, égratignées par la vie. Elles sont faites de douleur. De cette douleur émane une grande tendresse, une grande humanité, alors que nous sommes censés les haïr car un tueur froid, une prostituée et un flic alcoolique ne sont pas représentatifs d’une société «bien pensante». Nous vivons au rythme de leurs aventures et quand nous refermons le livre, nous restons un long moment dubitatif. Que penser de ces personnages? Comment peut-on compatir? Doit-on les haïr?

Note 18/20

978-2757810767    Editions  Points    Coll. Policier    544 p.    8,40€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s