THIAROYE – Léopold Sedar Senghor

Prisonniers  noirs  je  dis  bien  prisonniers  français,  est-­‐ce  donc  vrai  que  la  France  n’est  plus  la   France  ?  

Est-­‐ce  donc  vrai  que  l’ennemi  lui  a  dérobé  son  visage  ?  

Est-­‐ce  vrai  que  la  haine  des  banquiers  a  acheté  ses  bras  d’acier?  

Et  votre  sang  n’a-­‐t-­‐il  pas  ablué  la  nation  oublieuse  de  sa  mission  d’hier?  

Dites,  votre  sang  ne  s’est-­‐il  mêlé  au  sang  lustral  de  ses  martyrs?  

Vos  funérailles  seront-­‐elles  celles  de  la  Vierge-­‐Espérance?    

Sang,  sang  ô  sang  noir  de  mes  frères,  vous  tachez  l’innocence  de  mes  draps  

Vous  êtes  la  sueur  où  baigne  mon  angoisse,  vous  êtes  la  souffrance  qui  enroue  ma  voix  

 

Wôi!  Entendez  ma  voix  aveugle,  génies  sourds-­muets  de  la  nuit.  

Pluie  de  sang  rouge  sauterelles  !  Et  mon  cœur  crie  à  l’azur  et  à  la  merci.    

Non  vous  n’êtes  pas  morts  gratuits  ô  Morts!  Ce  sang  n’est  pas  de  l’eau  tépide  

Il  arrose  épais  notre  espoir,  qui  fleurira  au  crépuscule.  

Il  est  notre  soif  notre  faim  d’honneur,  ces  grandes  reines  absolues  

Non  vous  n’êtes  pas  morts  gratuits.  

Vous  êtes  les  témoins  de  l’Afrique  immortelle  

Vous  êtes  les  témoins  du  monde  nouveau  qui  sera  demain  

Dormez  ô  Morts!  

Et  que  ma  voix  vous  berce,  ma  voix  de  courroux  que  berce  l’espoir.    

 

Hosties  noires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s