Driss Chraïbi, le rebelle Marocain (1926-2007)

Eh oui, nous continuons dans la veine du roman policier. Nous allons du côté du Maghreb pour faire connaissance avec un écrivain haut en couleur et qui ne connaît pas la langue de bois. Je l’ai déjà dit et je le redis encore, j’adore les écrivains Maghrébins. Ils sont un brin torturés ou écartelés par des choix machiavéliques. Ce qui donne toujours des romans d’une grande richesse, d’une grande finesse. Quand je referme leurs livres, mon cerveau fait un brain storming qui n’est pas désagréable. Driss Chraïbi est un de ces auteurs que je prends toujours plaisir à lire.

Il est né le 15 juillet 1926 à El Jadida au Maroc et s’installe en France en 1947. Il est le rebelle qu’on peut aimer ou haïr car il pose sa plume là où il fait mal socialement. L’encre de sa plume est le vitriol. La conscience sociétale ne se repose pas avec lui. Au contraire. Dès son premier roman Passé simple (1954), il montre sa future ligne de conduite. Il y parle de conflits de générations. Il y attaque la tradition Marocaine qu’il trouve pesante. Les attaques des « bien-pensants » ne tardèrent pas. Certaines vérités ne sont pas bonnes à dire et ce n’est pas ce que pense Driss Chraïbi. Il gardera toujours ce style caustique jusqu’à sa mort, le 1er avril 2007.

Dans Mère du printemps (1982), il défends les Berbères et parle de la libération de la femme. Dans Les boucs (1955), il dénonce le racisme anti-Maghrébins, le sort de ses frères sur le sol Français. Il atteint les sommets du caustique avec Civilisation, ma mère (1972) où il plaide en faveur de l’émancipation de la femme. Il y salue la renaissance et la liberté de la femme. L’inspecteur Ali* (1991) décrit avec beaucoup d’humour les tribulations et les conditions d’enquêtes d’un inspecteur. Comme tout écrivain, il arrive un moment où l’on se retrouve face à soi. C’est le cas de Driss Chraïbi qui écrit son autobiographie en 2001 le monde à côté. Je pense que c’est le seul roman où il laisse parler la tendresse, les éclats de rire, les souvenirs.

BIBLIOGRAPHIE (*romans policiers)
1954 Le passé simple
1956 L’âne
1961 La foule
1962 Succession ouverte*
1996 Un ami viendra vous voir
1981 Une enquête au pays*
1992 Les aventures de l’âne Khal
1993 Une place au soleil
1994 L’homme du livre
1996 L’inspecteur Ali à Trinity College*
1997 L’inspecteur Ali et la CIA*
1998 Vu, lu, entendu – Mémoire
1999 L’âne Khal invisible
2004 L’homme qui venait du passé
2007 Un homme debout – entretien

Sorciers, djinns & Ancêtres dans Shouna la genèse maudite

Ils sont nombreux et chacun a un rôle bien défini:

  • Les sorciers appelés dëmë (deumeu) sont des sorciers mangeurs d’âmes. Ils ressemblent à n’importe qui. Ils sont en effet humains. Lors des bacchanales, ils offrent, à tour de rôle, à leur communauté une âme à dévorer. Si l’un n’a rien à donner, le choix se fait dans sa famille directe (époux, épouse, enfants). Avant de mourir, ces dëmë peuvent être tentés de se confesser (jafu:diafou). Cela est rare. Mais c’est un évènement où s’invite tout le quartier. J’ai connu un diafou là ou je vivais. Elle avait donné des noms d’accidentés, de morts inattendus. Ma mère nous avait interdit d’y aller car nous voulions savoir pour notre père. Finalement, nous avons obéi. Nous n’avons jamais su.
  • Les djinns ou djinnés. Ils peuvent prendre différents aspects. Souvent, c’est une femme blanche avec de longs cheveux. Eh oui, chez nous, le Malin est blanc et pas noir. Ils peuvent être représentés par des petits hommes étranges avec des épines à la place des cheveux ou autres personnages de même acabit.
  • Les Ancêtres intercèdent auprès des dieux pour protéger les vivants. Leur rôle est important car s’ils ne sont pas satisfaits, il n’intercèderont plus auprès des dieux et ne protègeront plus la personne à l’origine de leur courroux. Ce dernier sera vulnérable et une proie facile pour les dëmë et les djinnés.
  • Les chasseurs, les forgerons pratiquent la magie blanches mais ont de grandes connaissances dans la magie noire/ En effet les chasseurs doivent interférer auprès de ancêtres pour que leur chasse soit fructueuse. Ils doivent aussi pouvoir dompter l’âme de l’animal tué et se faire pardonner auprès de Dame Nature pour lui avoir pris l’un des siens. Les forgerons sont les maîtres du métal. Ils connaissent les incantations séculaires pour se faire obéir du métal et le dompter.

Chronique de Evasions Littéraires – Une nuit d’enfer pour Adi – 26/1/2019

Auteur: Amélie Diack

Editions: Autoédité, 2018

Format: ePub

Quatrième de couverture:
Après des fiançailles controversées, Adi attend Maïssa à l’hôtel. Ils doivent prendre des décisions importantes pour leur mariage. L’attente est longue et il est impatient.

Remerciements:
Je tiens à remercier chaleureusement l’auteur de m’avoir permis de découvrir cette nouvelle.

Avis:
L’auteur m’a permis de retrouver ces personnages dans une petite nouvelle de quelques pages. J’ai beaucoup aimé l’idée qu’elle soit centrée sur Adi et sa relation avec Maïssa. Ce couple me touche beaucoup de par ses différences et le combat qu’il doit mené pour construire sa relation et faire en sorte que leur union soit acceptée. Cette nouvelle revient d’ailleurs sur cette difficulté, le tout mêlé à une histoire surprenante…

Je dois admettre que j’ai eu un peu de mal à bien cerner l’histoire, car le côté onirique perd un peu le lecteur dans des méandres surprenants et inattendus. Entre rêve et réalité, nous ne savons plus très bien sur quel pied danser, si ce n’est que c’est le cœur même de leur relation qui est remis en question. Adi devra tirer des enseignements de cet événement et des décisions s’imposeront pour la suite de son parcours.

Plusieurs thèmes et éléments soulevés m’ont touchée et j’ai trouvé les réflexions très intéressantes. Par contre, j’aurais aimé que l’histoire soit plus longue et plus développée pour mieux cerner les chemins sur lesquels l’auteur veut nous emmener et le message qu’elle veut nous faire passer. Je pense que cette nouvelle aurait gagné en clarté et le lecteur aurait pu entrer encore plus facilement dans ce récit et en profiter pleinement, s’il avait été un peu plus long.​

En bref, j’ai été super contente de retrouver ces personnages, même si j’aurais apprécié que l’histoire soit plus développée.

images_2_orig
Sympathique 6-7/10

SHOUNA: La genèse maudite – FLORIC

dépaysement et magie16 juillet 2018

Le voyage et le dépaysement sont à la portée d’un clic de souris. Shouna, ce petit-être mystérieux, tant attendu par les siens et destiné à changer le monde. En le lisant, on a l’impression d’écouter le griot nous parler et nous raconter ce conte africain. Un conte à écouter, à comprendre et à interpréter.

L’auteur Amel Lee

la lecture d'éliana

Hello voilà une fois par semaine je mettrai un ou une auteure en avant et pour ce lundi c’est Amel Lee qui est au rendez vous. Elle nous a fait un petit texte pour se présenter et présenter ses livres. Alors actuellement je n’ai pas lu ses livres mais vous trouverez à la fin deux liens de chroniques :D. J’espère que cela vous plaira

Je me nomme Amélie Diack. Je suis l’auteure de Shouna la genèse maudite (roman) et une nuit d’enfer pour Adi (nouvelle). L’écriture a toujours été pour moi un rêve. Un rêve qui me semblait inaccessible. Je suis dyslexique. La lecture et l’écriture ont été un apprentissage très difficile.  Une fois acquis, je n’ai plus arrêté d’écrire et de lire. Mon premier écrit date de mes six ans. L’écriture est une forme d’exutoire pour moi. Face au harcèlement au collège. Face aux difficultés de la vie…

Voir l’article original 203 mots de plus

Chronique de Maya au pays des livres – Une nuit d’enfer pour Adi – 01/02/2019

Voici mon avis sur Une nuit d’enfer pour Adi d’Amélie Diack Auteure, une nouvelle originale.

Synopsis auteur
Après des fiançailles controversées, Adi attend Maïssa à l’hôtel. Ils doivent prendre des décisions importantes pour leur mariage. L’attente est longue et il est impatient.

Mon avis
Après avoir découvert Amélie Diack grâce à Shouna, La genèse maudite, un récit envoûtant qui nous plonge au cœur des traditions et des mythes africains, je la retrouve avec plaisir pour une courte nouvelle, Une nuit d’enfer pour Adi, qui tire un peu plus vers le côté horrifique.
L’auteur nous invite dans la vie d’Adi qui ne souhaite qu’une chose, épouser celle qu’il aime. Mais tout ne se passe pas comme le couple l’avait prévu. Les aînés s’opposent à leur union, Adi doit retrouver sa bien-aimée pour faire le point sur leur relation.
Nous faisons donc la connaissance d’Adi au moment où il arrive à l’hôtel. Il va y vivre la nuit la plus éprouvante de toute son existence. Il se pose beaucoup de questions, et nous aussi d’ailleurs. L’auteur laisse planer le doute sur ses cauchemars terrifiants. Amélie Diack met aussi l’accent sur les phénomènes étranges, nous assistons à une explosion de matières et de couleurs peu hospitalières.
Nous percevons les tourments intérieurs d’Adi, avec toutes ces émotions et ces choses qu’il ne comprend pas. La plume de l’auteur est toute aussi envoûtante que le récit. L’angoisse monte crescendo jusqu’au dénouement.
Même si je ne suis pas une adepte des nouvelles, celle-ci a su me tenir en haleine jusqu’au bout car l’histoire est vraiment intrigante et le décor dépaysant. Amateurs de frissons n’hésitez pas à y jeter un œil.

 

Les villages dans Shouna la genèse maudite

SIGUIL (relève – toi) – Village de Shouna – il est né à la sortie de ce village. Ses parent y habitent et y cultivent leurs champs. Ils participent à la vie communautaire jusqu’à l’arrivée de leur fils prodige. C’est un village qui fait face aux aleas de la vie et dont les habitants ont une résilience à toute épreuve.

SÜBE (demain) – village d’enfants disparus – Dès l’âge de sept ans, ces enfants disparaissent mystérieusement. De ce fait, ils ont tous arrêté de grandir et les mères ne portent plus d’enfants. Cependant, l’espoir demeure car demain est un nouveau jour.

NDEEYSAAN (le pauvre) – village sacrifié – le village et ses habitants ont servi de festin aux êtres des ténèbres – il a entièrement disparu, avalé par le sol. Tout le monde a pitié de ce village fantôme

DEXX (fleuve) – royaume du fleuve, royaume de Shouna. Différent de celui de Mamie Wata

Il fut un temps…

Il fut un temps où la marche était pénible mais bien réelle. Il fut un temps où la vie autour de l’être grouillait de projets et la tête s’en emplissait. Elle se remplissait de rêves. De rencontres. De force. Malgré les déboires. Les douleurs. Les cris muets. Les larmes brûlantes. Il fut un temps…

Le temps est venu. Celui des absences. Des « avant, je pouvais« . Des marches incertaines. Du vide abyssal de la vie. De la fin des projets et des rêves. Des doutes. Des rêves brisés. Il est venu… le temps des cris sourds. Des cris-hurlements qui tétanisent la gorge. Des cris qui font des entrailles les fossoyeurs des rêves brisés. Il est venu… le temps des larmes solitaires. Des douleurs muettes de stupéfaction. Des douleurs… briseuses de corps et de vie. Il est venu le temps…..

Incompréhension. Doutes. Chuchotements. Regards sévères. Regards pénibles. Regards accusateurs. Regards…Oubliés les partages. Les rires. Oubliée l’innocence des lendemains. Oubliés…

Demain est un autre jour. Demain est un rêve avorté. Demain est source de souffrances. De douleurs. De peurs. De terreurs sans nom. De cœurs brisés. D’amour propre piétiné sur l’autel du doute. Du doigt accusateur. Du qu’en dira t-on tenace.  Du qu’en dira t-on menaces. Du qu’en dira t-on. Demain….

Amélie Diack

Antony,  le 26 janvier 2019

Extrait « une nuit d’enfer pour Adi »

Le sorcier… Où était-il ? Pourquoi ne répondait-il pas à ses appels ? Ô Dieux! Le cauchemar recommençait ! Quelle horreur ! Que faire ? Adi réfléchissait rapidement à un moyen de fuir. Vite ! Vite ! Un sifflement lugubre, dans son dos, lui fit perdre le cours de ses pensées. L’ennemi se rapprochait. Pourquoi ces vieillards assis sous le baobab continuaient-ils à discuter ? Ne voyaient-ils pas qu’il était en danger ? Adi se mit à faire de grands signes pour attirer leur attention. En vain. Le chien de la maison s’était enfui. Il se terrait derrière les vieillards et gémissait en tremblant de tout son corps. Adi se sentait seul. Incompris. Abandonné. Il était découragé. Las. Si las.

Le serpent glissa vers lui. Adi se mit à reculer. Il regrettait d’avoir quitté l’hôtel. Au moins, là-bas, il aurait pu recevoir le soutien du gérant. Enfin, peut-être. Le sorcier ! Il avait fait un geste pour éloigner les monstres. L’amulette ! Adi se souvenait du cadeau fait par son père, à la fin de son initiation dans le bois sacré. Il prit à pleine main l’amulette qu’il avait autour du cou et l’éleva entre lui et le reptile… qui disparut dans un nuage gris. À sa place, se trouvait un liquide verdâtre qui disparut dans le sol dans un chuintement horrible.