Amira, la fille bannie – Joséphine Loppy – 2019

LITTERATURE D'AILLEURS DE LEE HAM

Quatrième de couverture

Une vie cueillie sauvagement, un cursus scolaire brillant stoppé en pleine ascension, un rêve brisé, juste pour préserver des intérêts! Voilà le tableau qui est dépeint à travers l’histoire d’Amira, cette jeune fille innocente à qui les parents ont très tôt ôté la joie de vivre. Croyant en sa bonne étoile et ne voulant pas finir sa vie comme tant d’autres jeunes filles de son âge, à peine sorties de l’enfance, elle a pris son destin en main et s’est enfuie, loin des siens, bravant ainsi l’inconnu. Là-bas , une  nouvelle vie l’attendait.

Chronique

Toute jeune fille a des rêves. Toute adolescente rêve  du métier qu’elle fera plus tard. Elle rêve de la vie de famille qu’elle se fabriquera avec l’homme qu’elle aime. Mais, la vie, l’inconscience humaine peuvent parfois être des freins à ces rêves. Que se passe t-il quand, finalement, rien ne se passe comme…

Voir l’article original 228 mots de plus

Rebelle- Fatou Keïta – 1998

Quatrième de couverture (Erik Orsenna)

Il était une fois Malimouna, fillette africaine. Il était une fois la tradition de l’excision. Malimouna n’est pas docile. Malimouna va refuser de se soumettre au rituel séculaire. La vie qui suivra ne sera pas de tout repos…

Chronique

Une amitié entre deux enfants. L’une est une citadine, l’autre est une villageoise. Deux destins différents. Deux vies différentes. Celle de Malimouna est régie par les traditions. Traditions qu’elle ne supporte pas car trop contraignante pour une femme et encore plus pour une petite fille. Une petite fille qui subit tout et dont l’avis ne compte pas.

Rebelle parle de la condition féminine et de l’impact de la tradition sur la vie de cette dernière. Malimouna représente toutes ces femmes qui disent non aux traditions de l’excision et du mariage précoce. Cependant, dans une société où la tradition régit tout, Malimouna peut-elle faire face aux conséquences de ses choix? Pourra t-elle tourner la page et avancer? A quel prix? Se doute t-elle de ce que l’avenir lui réserve?

Au rythme des pages et des mots, nous entrons dans la vie de cette jeune femme. Une vie où rien ne lui sera épargné. Une vie où sa force et sa résilience seront mis à rude épreuve et seront un formidable atout. Pour avoir dit non à l’excision et au mariage forcé, l’enfer s’ouvrira sous ses pieds. Pourra t-elle pardonner aux traditionnalistes? A sa famille? Que sera sa vie hors du village? Regrettera t-elle sa révolte?

Rebelle nous démontre comment certaines traditions peuvent nuire à la femme et la pousser vers les portes de l’enfer. C’est un récit prenant qui nous montre Malimouna comme symbole de la révolte de la femme face à ses conditions bafouées. Malimouna est le symbole de la combativité de la femme africaine qui, quoi qu’il arrive se relèvera pour porter la vie à bout de bras. Pour transmettre l’espoir et la liberté. Femme Africaine qui, malgré le désir de sa soumission de la part des hommes, restera toujours une rebelle.

Note 19/20

9782708706576 Editions Présence Africaine 232 p.

Les jardins des femmes – Aminatta Forna – 2006

AminattaForna-HiResJ’ai découvert cette écrivaine métisse Sierra-Léonaise et Britannique, née en 1964 à Glasgow, par un pur hasard. C’est l’écriture atypique de son prénom qui m’a interpelée. C’est vrai, je choisis mes livres de manière bizarre, mais, jusqu’à présent, cela m’a permis de trouver des diamants de la littérature contemporaine. Cette écrivaine qui a passé sa vie entre ses deux pays (Sierra Leone et Grande Bretagne), journaliste de la BBC, a écrit de nombreux romans dont les jardins des femmes. Le nom de ce roman est, selon moi, une garantie de voyage et de découverte. Je n’ai pas été déçue. Loin de là.

C’est l’histoire d’une jeune femme, métisse qui apprend avec surprise qu’elle a un héritage en Afrique dont elle est l’unique bénéficiaire. Elle décide de l’accepter. Ce sera le début d’un voyage initiatique à travers les personnages de sa famille et l’histoire de ce pays dont elle ignorait tout. Abie, l’héroïne, découvre sa propre histoire. Petit à petit, elle découvre que l’histoire familiale est liée à celle de sa nouvelle patrie.

Aminatta Forna nous envoûte par ses mots, son écriture simple, fine qui coule de sesaminatta-forna veines et atterrit sur la feuille en passant par sa plume, nous emmène au-delà des mots. Nous nous identifions à ces femmes aux histoires si différentes et si communes. Leurs rires, leur vie ne laissent personne indifférent. Leur vie paraît si simple, alors qu’elle est compliquée et dure. Ce qui ne les empêche pas de rire, de pleurer, de se disputer, de vivre tout simplement. Vivre cette vie qu’elles n’ont pas choisie, mais qu’elles assument.

Abie intègre sa nouvelle identité à l’ancienne comme on rapièce un pagne mille fois déchiré et recousu. Elle le fait patiemment comme sa nouvelle patrie qui se remet d’une guerre fratricide. j’ai adoré ce livre, ce voyage envoûtant de ces femmes simples au bout de leur choix de vie. Un choix imposé par des évènements qu’elles n’ont pu contrôler et qui a marqué leur vie à jamais.

Ce livre nous pousse à nous questionner sur le poids de l’histoire et son impact sur les Humains. Comment se réapproprier sa vie après la guerre? Que faire des souvenirs qui ne sont pas forcément agréables? Une belle lecture qui touche profondément notre cœur, notre humanité, notre âme. Une superbe ballade dans la vie de ces femmes qui tiennent l’Afrique et leur pays à bout de bras.